Cathébrèv' n° 703 du jeudi 14 mars 2019

Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

Cathébrèv' n° 703 du 14 mars 2019

 
  • Semaine Nationale des Personnes Handicapées Physiques
  • Conférence de Reza Moghaddassi
  • La parole de Mgr Luc Ravel sur les abus sexuels dans l'Église
  • Non, la sonnerie de 22 heures n'est pas antisémite
 

Nos dernières actualités

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

Semaine Nationale des Personnes Handicapées Physiques

Sous l’égide de l’Ordre de Malte France est organisée, du 11 au 17 mars, la Semaine Nationale des Personnes Handicapées Physiques (SNPHP).

L’Ordre de Malte est engagé depuis de nombreuses années dans le domaine du handicap physique. En France, dans ses quatre Maisons d’Accueil Spécialisées, un accompagnement personnalisé est proposé à chaque personne handicapée.

Cette année, les dons collectés à l’issue des messes du dimanche 17 mars serviront à financer des équipements sportifs pour les établissements médicaux-sociaux et sanitaires de l’Ordre de Malte. En effet, le sport est un moyen fort pour dépasser son handicap.

 

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

Dans le chœur de la Cathédrale, mardi 19 mars, 20h00,
Conférence de Reza Moghaddassi

L’association « La philosophie hors ses murs » organise, avec le soutien de la Ville de Strasbourg, une grande manifestation philosophique à Strasbourg du lundi 18 mars au samedi 23 mars 2019. Inédite, cette manifestation consiste à sortir la philosophie de ses lieux traditionnels d’expression (lycées et universités) pour la présenter sous des formes originales dans des lieux emblématiques de la vie culturelle strasbourgeoise : la cité de la musique et de la danse, la Cathédrale, le Parlement européen, le Planétarium, la Laiterie, etc…

A la Cathédrale, ce sera le professeur de philosophie du Gymnase Jean Sturm, Reza Moghaddassi, qui donnera une conférence intitulée : « Les  murs qui séparent les hommes ne montent pas jusqu’au ciel ».

A travers les images ou à travers les concepts, les êtres humains tentent d’appréhender ce qui est au-delà des mots, au-delà du visible et qu’ils nomment vérité. Mais que de divisions et d’affrontements entre les hommes au sujet de l’absolu et de la vérité. Ce qui devait élever l’être humain est devenu trop souvent source de repli identitaire.

La conférence sera accompagnée d’interludes musicaux de Vincent Affholder, qui jouera à l’orgue de chœur de la Cathédrale des compositions de Philip Glass.

 

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

La parole de Mgr Luc Ravel sur les abus sexuels dans l’Eglise

 

C’est en recevant et en écoutant des victimes d’abus sexuels dans l’Eglise que « la parole de Mgr Luc Ravel  s’est affermie », rapporte la maison d’édition Artège, qui fait paraître, ces jours-ci, un livre de l’archevêque de Strasbourg : Comme un cœur qui écoute - La parole vraie d’un évêque sur les abus sexuels.

Cet ouvrage de 228 pages fait suite à la lettre pastorale de l’archevêque de Strasbourg en septembre 2018, « Mieux vaut tard », dans laquelle il appelait à lutter contre la « gangrène » des abus sexuels dans l’Eglise.

Dans son livre de mars 2019, Mgr Ravel analyse les  conséquences de ce drame pour l’Eglise et affirme que justice et miséricorde ne s’opposent pas. Il appelle à la conversion de tous pour que de tels actes ne soient plus couverts par le silence et que les victimes soient reconnues comme telles et soutenues véritablement.

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

Non, la sonnerie de 22 heures  n’est pas antisémite
 

A nouveau, une lectrice de Cathébrèv, Nina Giorgi, nous écrit pour se plaindre de l’existence de la sonnerie quotidienne de 22 heures : « Tous les soirs à 22h, sonne une cloche qui historiquement signalait la fermeture des portes de la ville et la sortie des Juifs de la ville, lesquels n’avaient pas le droit de rester dans les murs. Cette sonnerie s’appelle d’ailleurs « La cloche des Juifs ». J’ai été extrêmement choquée que cette cloche continue toujours à sonner en 2019.

Ne trouvez-vous pas qu’en ces temps troubles de manifestations antisémites récurrentes cette cloche pourrait cesser de retentir ? Si l’Eglise pouvait faire parler d’elle en pratiquant le message du Christ et faire qu’il y ait moins de scission entre les Français, si elle pouvait être un acteur majeur en ces temps troubles où tous les jours on entend plus parler de ses déviances que de ses actions positives, cela marquerait les esprits et pourrait avoir un rôle positif sur toute la population de notre pays. »

François Muller, diacre de la Cathédrale et guide-conférencier, a pris la peine de répondre à cette dame :

"Je peux vous assurer que votre affirmation, souvent entendue, est – fort heureusement – erronée, car les détracteurs de cette cloche ignorent qu’elle a servi de tocsin et a toujours annoncé le couvre-feu (et non la fermeture des portes de la ville, qui étaient bouclées dès la fin de l'après-midi et non à 22 heures, comme le prétend à tort une opinion communément répandue). Des sonneries identiques ont existé et existent d’ailleurs encore dans de nombreuses villes d'Alsace et d'Europe.

Un ouvrage considéré par les spécialistes comme une référence, aborde le sujet. Il s’agit de La grâce d’une cathédrale. À la page 318, l’auteur de l’article, Benoît Jordan, conservateur aux Archives de la Ville de Strasbourg et de l’Eurométropole, écrit ceci : « Jean-Pierre Kintz a rétabli la vérité historique en collationnant les textes qui régissaient le fonctionnement de la cloche de 10 heures. (...) La rumeur qui assimile la cloche de 10 heures, à laquelle les Strasbourgeois sont largement attachés, au Grüselhorn, bien oublié aujourd’hui, est donc née d’une confusion entretenue jusqu’à une date récente. »

Je suis convaincu, pour ma part, que si cette sonnerie était porteuse de haine, tant le maire que l’archevêque ou le curé de la Cathédrale - et tous les Strasbourgeois - l’auraient fait taire depuis longtemps."




 

Vous ne souhaitez plus recevoir ces mails ? cliquez sur le lien pour vous .