Cathébrèv' n° 684 du jeudi 20 décembre 2018

Si cet e-mail ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

Cathébrèv' n° 684 du 20 décembre 2018

 
  • Merci Francis
  • La flèche qui scintille
  • Cathédrale, 7h30
  • Le banquet médiéval du Collège Saint-Etienne

Nos dernières actualités

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

Merci Francis !

Les abonnés de Cathébrèv qui sont lecteurs des DNA n’ont pas manqué de s’intéresser à la page spéciale consacrée, le dimanche 16 décembre, à Francis Hirn, directeur général du journal depuis 2011.

Ce très grand dirigeant aura aussi été un chrétien convaincu qui, sans faire de tapage, venait régulièrement à la Cathédrale pour participer à la messe.

Je connais telle personnalité politique strasbourgeoise qui, systématiquement, vient en retard aux offices de la Cathédrale pour mieux se faire remarquer (notamment en serrant les mains des personnes présentes).

A la Cathédrale, Francis Hirn a toujours été en avance … comme il l’a aussi été, tout au long de sa carrière, dans le monde de l’économie et de la presse.    

                                                                Michel Wackenheim

 

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

La flèche qui scintille

Depuis quelques soirs, grâce notamment à Philippe Arlaud et à Renaud de Maillard et à leur inventivité, la flèche de la Cathédrale, à intervalles réguliers mais sans tomber dans le mauvais goût de Las Vegas, scintille dans la nuit strasbourgeoise.

Mais un internaute, malgré le scintillement, ne peut oublier le soir du 11 décembre. Alors il a écrit un touchant hymne d’amour à Strasbourg.

« Strasbourg, mon Amour … T’as pas bonne mine ce soir … Tu m’as l’air triste et fatiguée. Tu respires le chagrin. C’était une sale journée, hein ? Tu t’étais pourtant parée de tes plus beaux atours pour préparer Noël. Tes rues sentaient bon le vin chaud et le pain d’épices. Depuis quelques jours, ta flèche s’était même mise à scintiller pour rivaliser avec les étoiles.

Ça me fait bizarre de te voir comme ça … Tu es pourtant si joyeuse, si chaleureuse et pétillante ! Peu importe le temps, peu importent les saisons. Il fait si bon vivre avec toi. Tu accueilles les gens de tous les horizons à bras ouverts. Tu sais faire la fête. Tu es tour à tour romantique et dynamique. Tu es charmeuse et secrète. Tu es étonnante, surprenante ! Je me sens toujours bien dans tes ruelles. Mais ce soir, non … Je ne te reconnais pas… Tu m’as l’air si différente… si calme et sombre. Le bruit des sirènes a remplacé les chants de Noël. Les sourires se sont envolés. Les yeux émerveillés se sont fermés.

Pourtant au fond de moi, je sais. Je sais que tu as déjà affronté des guerres et que ce qui t’a meurtrie ne t’a rendue que plus belle, plus fière, plus forte. Je sais que tu te relèveras.

Mais je ne te cache pas que ce soir j’ai mal. J’ai peur. Je ne comprends pas ce qui est en train de se passer. Je suis triste de te voir si pâle et grise. J’ai la gorge nouée et les yeux embués. Je t’aime tant et je ne supporte pas de te voir touchée ainsi.Ne t’en fais pas ! Nous, les Strasbourgeois, nous saurons aller de l’avant. Plus que jamais nous serons aimants et solidaires. Strasbourg, je t’aime tant. Ma vie. Mon sang. Strasbourg mon Amour. »

 

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

Cathédrale, 7h30

Le podium mis à la disposition des Colibris par la Ville de Strasbourg pour leur spectacle « Nativité » (fort réussi) du vendredi 14 décembre, il était prévu qu’il soit démonté le lendemain samedi 15, à 7h00 du matin. Fidèles au rendez-vous, six employés de la Ville se sont présentés à la grille Saint-Michel peu après 7h00.  

Surprise, un peu plus tard vers 7h30 : un des employés demande qu’on allume la crèche de Mesdames Rapp et Siffert pour la prendre en photo, car, dit-il, « elle est si belle » ; un autre employé encore lance à ses collègues : « Attendez les gars, je vais allumer un lumignon devant la Vierge ».

7h30 du matin, la Cathédrale est encore fermée, mais déjà y bat le cœur des croyants.

 

Paroisse de la Cathédrale de strasbourg

Le banquet médiéval du
Collège Saint-Etienne

A l’occasion des 1300 ans de la Fondation de l’Abbaye de Saint-Etienne (718-2018), le Collège épiscopal Saint-Etienne convie à un Banquet médiéval le samedi 2 février 2019 à 20h00 (inscriptions au plus tard le 14 janvier 2019 - places limitées).

Voici le menu de ce dîner original :

« Commençons par une mise en gaieté avec un verre d’hypocras avant de déguster une assiette de table composée d’un pruneau au lard et d’un petit pâté. Réchauffons ensuite notre palais avec un velouté de courge au lait d’amande. Puis dégustons un pâté aux champignons avant de découvrir le trésor de cheminée : cochon de lait et chapon farcis que côtoient de petits légumes et leur vert jus. Terminons dans la douceur d’une poire tiède au gingembre et miel couplée d’une brochette de figues et de dattes. Sur table, des beignets aux pommes et des darioles à la fleur d’oranger. »

Les réservations sont à envoyer au Collège Saint-Etienne,
2 rue de la Pierre Large, 67000 Strasbourg (1 place= 55€) Chèque à libeller à l’ordre du « Collège épiscopal Saint-Etienne ».

 

Vous ne souhaitez plus recevoir ces mails ? cliquez sur le lien pour vous désabonner.